Pour une démocratie directe locale

Face à la mutation sociétale en cours : l'élévation de nos démocraties

L'anti modèle Allemand ! qui inspire certains français ..

Comme toujours, lorsqu'il y a une rengaine qui occupe l'espace masse-médiatique et la bouche des tenant de la politique nationale qui parlent sans cesse avec les mêmes faits de langage alors il est bon d'avoir le réflexe intellectuel : "y a entour-loupe, et quelle est telle ?" !

Après les lois Macron, Rebsamen et El-Khomri sous le précédent quinquennat, le gouvernement d’Edouard Philippe prépare une réforme encore plus profonde du droit du travail, précédant une remise à plat de l’assurance chômage. Ce big bang annoncé a un modèle : les réformes « Hartz », engagées en Allemagne au début des années 2000, aujourd’hui parées de toutes les vertus par de nombreux commentateurs avec, en apparence, l’un des taux de chômage les plus bas d’Europe. La réalité des chiffres montre au contraire que ces réformes du marché du travail n’ont pas radicalement réduit le chômage et la sous-activité et, surtout, ont provoqué une explosion des travailleurs pauvres, dont le nombre est l’un des plus élevés d’Europe........

Voici quelques arguments relevés des articles postés ci-bas :

L'Allemagne de Merkel : nov 2017

- hausse 54% du taux de la population sous le seuil de pauvreté
- doublement du taux d'actifs occupés sous ce seuil
- 2 millions de personnes qui cumulent 2 emplois
- hausse de 30% des retraités pauvres.

"1 enfant sur 3 vit en dessous du seuil de pauvreté à Berlin." (2013)

"La politique allemande de compétitivité par les salaires est épinglée.

L'Organisation internationale du travail (OIT) y voit "la cause structurelle" de la crise en zone euro, dans un rapport publié mardi 24 janvier. Le Monde.fr avec AFP | 24.01.2012

"L'amélioration de la compétitivité des exportateurs allemands est de plus en plus identifiée comme la cause structurelle des difficultés récentes dans la zone euro",

Ces réformes ainsi que les gains de compétitivité de l'économie allemande sont régulièrement présentés par Berlin comme un modèle à suivre par les autres pays. Le président français Nicolas Sarkozy a notamment vanté le modèle allemand ces dernières semaines.

L'OIT y voit au contraire un frein à la croissance européenne. "Les coûts du travail en Allemagne ont chuté depuis une décennie par rapport aux concurrents, mettant leur croissance sous pression, avec des conséquences néfastes pour la viabilité de leurs finances publiques".

"La politique de déflation salariale a [...] conduit à un accroissement des inégalités de revenus, à une vitesse jamais vue, même durant le choc de l'après réunification"

l'écart des inégalités sociales s'est accru en Allemagne, et un Allemand sur sept est aujourd'hui menacé de pauvreté.

L'économie se porte bien en Allemagne, où le nombre de chômeurs recule. Et pourtant, un Allemand sur sept est aujourd'hui menacé de pauvreté. En République fédérale, l'écart se creuse entre riches et pauvres.

Les 10% d'Allemands les plus fortunés se partagent 53% de la richesse nationale. Les 50% les plus pauvres ne possèdent que 1% de la richesse du pays, contre 3% voici 10 ans."

---------------

En France : "L'extrême-droite veut faire des chômeurs des travailleurs gratuits"

Nicolas Sarkozy avait fait la même proposition lors de sa campagne en 2007. Il avait déclaré vouloir que « les titulaires d’un minimum social aient une activité d’intérêt général, afin d’inciter chacun à prendre un emploi, plutôt qu’à vivre de l’assistanat », et glorifiait la « liberté et la dignité » que procure le travail.

Les mêmes mots que ceux de Bompard, qui tient son argument pour que l’UMP soutienne son texte.

-----------------

La justice britannique condamne le travail gratuit et forcé :

Deux chômeurs de 24 et 40 ans, contraints d'aller travailler gratuitement pour mériter le versement de leurs allocations, ont refusé ce chantage et osé porter plainte contre le gouvernement. Ils ont finalement obtenu gain de cause.

Vues : 290

Y répondre

Réponses à cette discussion

Origine de l'article : le 23/08/2016

Le gouvernement allemand souhaite offrir 100 000 emplois dans des structures d'accueil pour faciliter l'intégration des migrants qui ne possèdent pas de titre de séjour.

C'est une proposition qui choque. L'Allemagne veut créer 100 000 emplois pour les migrants sur son sol d'ici trois ans, payés 80 centimes d'euro l'heure. L'objectif est de faciliter leur intégration et leur permettre d'apprendre l'allemand à travers le monde de l'entreprise, relate France Bleu ce mardi. De tels mini-emplois existent déjà pour les chômeurs longue durée dans le pays, mais ils sont rémunérés 1,05 euro de l'heure, ce qui est déjà minime. Les recrutements ont déjà débuté.  

"Ni un salaire, ni un vrai travail"

Les réfugiés seront logés gratuitement dans des centres d'accueil, qui les feront travailler dans la structure: restauration, nettoyage... "Ce n'est ni un salaire, ni un vrai travail, comme remplacer des vendeurs ou autre, mais des tâches qu'ils n'effectueraient sans doute pas en temps normal. Plutôt un travail d'utilité publique", explique la directrice générale de l'association des villes allemandes Gudrun Heute-Bluhm, interrogée par France Bleu.  

"Ces activités ont été conçues pour des chômeurs de longue durée qui ont besoin d'une structure d'accueil où on les prend en charge au quotidien. Cela concerne des personnes qui n'ont pas travaillé depuis longtemps, ce qui n'est pas le cas des réfugiés, qui, eux, insistent pour trouver un emploi", conteste une députée des Verts, Brigitte Pothmer, auprès de France Bleu. 

Les mini-jobs allemands, pénalisants pour l'emploi?

Les réfugiés qui n'ont pas de permis de séjour définitif ne peuvent pas trouver de véritable emploi. Mais ils perçoivent une aide financière, comme en France

En 2011, 20% des salariés allemands étaient payés à un niveau inférieur au Smic horaire français et 40% avaient un salaire mensuel net inférieur à 1000 euros. En 2012, l'Agence allemande pour l'emploi (BA) a chiffré à 7,4 millions le nombre de "mini-jobs", des contrats à temps partiel rémunérés 450 euros par mois maximum, dont plus d'un tiers concernaient des salariés ayant plusieurs emplois. Selon le BA, ils pénaliseraient parfois la création de vrais emplois.  

Répondre à la discussion

RSS

Activité la plus récente

Billet de tinsmar

La question du permis de voter

Origine du propos :Lucien Bomberger Si voter consiste à comprendre le mécanisme d'un outil central des votations comme la bourse citoyenne directe des votations continues, alors le citoyen doit suivre une petite formation pour comprendre comment la démocratie fonctionne. Il peut ensuite voter.Si vous…Plus
2 févr.
Billet de tinsmar

La démocratie a-t-elle existé ? Jean Paul Demoule

Origine de l'article : 18 mai 2017On sait que la référence historique incontournable de la démocratie, celle de l’Athènes du 5ème siècle avant notre ère, n’a duré que quelques dizaines d’années et n’a concerné qu’un dixième de sa population, puisqu’en étaient exclus les femmes, les métèques et les esclaves. Néanmoins la cité grecque, après avoir connu le pouvoir oligarchique des grandes familles…Plus
15 janv.
Billet de tinsmar
11 janv.
tinsmar a répondu à la discussion L'anti modèle Allemand ! qui inspire certains français .. de tinsmar.
"Origine de l'article : Le gouvernement allemand souhaite offrir 100 000 emplois dans des structures d'accueil pour faciliter l'intégration des migrants qui ne possèdent pas de titre de séjour. C'est une…"
10 janv.

© 2018   Créé par tinsmar.   Sponsorisé par

Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation