Pour une démocratie directe locale

Face à la mutation sociétale en cours : l'élévation de nos démocraties

Disparition programmée des Etats Nations Européens

Lorsqu'on prend le temps du recule,

Lorsqu'on regarde l'histoire de la construction européenne et de ses protagonistes,

Lorsqu'on regarde les projets de décentralisation et la volonté de créer un état fédéral Européen,

Lorsqu'on regarde le désir urgent de M Hollande d'un futur traité TAFTA transatlantique et les conséquences à moyen terme sur la construction d'une monnaie unique USA/Europe et donc d'un Etat pour gouverner cette nouvelle monnaie, 

Lorsqu'on écoute M Vals et son urgence de faire disparaître les départements et les remanier les régions ... 

Alors il saute aux yeux une évidence : les états nations européens sont voués à disparaître ;

la géographie actuelle qui constitue notre identité du fait de notre Histoire locale, nationale, internationale sera à court terme détruite sans aucune préparation pédagogique de la part des élites qui poussent en ce sens et qui agissent dans l'ombre.

Il ne faut pas être devin pour imaginer le profond sentiment de trahison qui peut naître de cette déconstruction et nouvelle construction sans les peuples ... dans un contexte socio économique très tendu, envisager des guerres civiles est malheureusement fortement probable. 

Vu qu'il est très difficile de trouver des éléments des politiques pro Européens pour argumenter, 

il est fait recours ici à des opposants, à une historienne, et une politique française pour dénoncer la stratégie de fond qui prévaut au projet d'aboutissement de la construction européenne.

Vues : 72

Y répondre

Réponses à cette discussion

Origine de l'article :

Une large majorité de Français ne veulent pas qu'on touche à leur région

Selon un sondage LH2 pour la presse régionale et France bleu, ils sont 54% à refuser l'agrandissement de leur région et  74% à rejeter son rétrécissement.

La réforme territoriale oui, mais pas touche à ma région.

Selon un sondage LH2 pour la presse régionale et France bleu paru mercredi 9 avril,

68% des Français se déclarent favorables à la réduction des échelons locaux,

 une mesure annoncée par le Premier ministre, Manuel Valls, mardi lors de sa déclaration de politique générale.

Mais lorsque le scénario de redécoupage se précise,

ils sont 54% à refuser l'agrandissement de leur région par le rattachement à la région voisine,

et 51% contre le rattachement de nouveaux départements.

74% des sondés sont défavorables au rétrécissement de leur région

et 77% refusent sa disparition pure et simple,

56% y étant même "très défavorables".

C'est dans les Pays-de-la-Loire que les sondés sont les plus conciliants, 22% étant favorables à la disparition de la région.

Alsaciens, Bretons et Franc-Comtois très liés à leur région

Ces résultats s'expliquent avant tout par le fort attachement des Français à leur région.

73% y sont "attachés", dont 24% "très attachés".

Les Alsaciens, Bretons et Franc-Comtois se sentent plus liés à leur région que la moyenne - respectivement 84%, 83% et 83% -,

les Franciliens et les habitants de la Champagne-Ardenne étant eux beaucoup plus détachés.

Parmi les fusions proposées, les Lorrains sont défavorables à 48% à un rattachement à l'Alsace, leurs voisins y étant eux opposés à 61%.

A l'inverse, les Normands aimeraient une fusion : 50% des habitants de Basse-Normandie et 66% de ceux qui sont en Haute-Normandie souhaitent être rattachés à leurs voisins.

Sondage réalisé par internet du 24 février au 3 mars auprès d'un échantillon national de 5 111 personnes, représentatif de l'ensemble de la population française de 18 ans et plus.

L’UNION EUROPÉENNE : MYTHE ET RÉALITÉS, CONFÉRENCE DU 13 JUIN 2008.

Le veto enregistré dans presque tous les (rares) pays où un référendum sur le cadre politique de l’Union européenne a été organisé atteste la prise de conscience populaire de ses réalités.

Le jugement objectif a tardé, tant les promesses d’Eldorado ont accompagné, après la Deuxième Guerre mondiale en Europe occidentale, après la chute de l’URSS en Europe orientale, les grandes étapes de ce vaste plan d’unification des salaires au niveau le plus bas possible.

Depuis que le paradis européen est apparu pour ce qu’il était – une impitoyable course au « dumping social » –, un nouveau thème (électoral) a surgi : la liberté illimitée du capital, baptisée « concurrence non faussée », serait la « dérive » malheureuse, récente et inattendue d’une Europe initialement « sociale ».


L’exposé historique qui suit révèle une « Union européenne » fidèle, tout au long de sa vieille histoire, à son objectif primitif d’écrasement des salaires et de maximisation des profits.

Définis peu après la Première Guerre mondiale, ses plans commencèrent à être mis en œuvre pendant la première phase de la collaboration économique franco-allemande, entre 1924 et la crise des années trente.

Leur application prit tout son développement, d'abord sous tutelle strictement allemande, pendant l'Occupation, puis dans la sphère d'influence américaine, celle de l’après-1945 progressivement élargie, depuis la liquidation de l’URSS, à presque tout le continent – le champ de notre « Union européenne » d’aujourd'hui

10 bonnes raisons de sortir de l'Union Européenne

Étienne Chouard est enseignant en économie-gestion et droit fiscal il nous expose 10 bonnes raisons de sortir de l'Union Européenne :

1. L'Union Européenne encourage le chômage de masse
2. La création monétaire est abandonnée aux banques
3. Liberté total des mouvements des capitaux
4. Soumission total à l'OTAN
5. Accumulation des pouvoirs exécutif et législatif
6. Les exécutifs contrôlent la carrière des juges européens
7. Les citoyens n'ont aucun moyen de résister
8. Le pouvoir législatif est contrôlé par des organes non élus
9. Les citoyens sont tenus à l'écart du processus constituant
10. Les tenants du pouvoir s'écrivent les règles pour eux-mêmes

Le décryptage effectué ici lors d'un cours à destination de militant du parti politique Solidarité&Progrès porté par Jacques Cheminade en France, de ce qu'est le traité transaltlantique TAFTA, est l'occasion de confirmer la logique expansionniste, impérialiste des USA et de l'Europe avec comme conséquence, la création d'une souveraineté fédérale européenne par la lamination des Etats nations par le haut et la création de nouvelles entités régionales par le bas.

Un passage à 27'22'' : reprends un discours de J.Attali qui explique comment il a participé à la construction de l'Union Européenne et les conséquences inéluctables à ses yeux de la création d'un état fédéraliste du fait même de l'existence de la monnaie Euro, sans quoi celle-ci est condamnée à s'effondrer.

.

Un autre passage vers la toute fin : 1h 11' 58''

qui définit la stratégie actuelle de création de divers Europole et de près de 600 Eurométropoles qui capteront toutes les finances des actuelles départements (pour la France)

Ici, dans l'Emission "ce soir ou jamais", Marie France Garaud rappelle par son interprétation historique comment les USA ont poussé dès le départ à la construction d'une europe économique sans souveraineté européenne .. 

Or, dès lors qu'il y a création d'une monnaie unique, elle ne peut pas durant dans le temps sans un Etat qui la dirige. 

LES ''EURO-RÉGIONS'': ALLONS-NOUS LAISSER DÉTRUIRE LES NATIONS ?

Présentée pour la première fois à Strasbourg au début du mois d'avril, cette conférence avec support-vidéo sera présentée ici dans la version sensiblement enrichie qui a été présentée à Reims fin avril, et qui a passionné l'auditoire.

En démontant les manipulations en cours dans d'autres pays de l'Union européenne, -- notamment le cas édifiant de la Catalogne en Espagne -- , et en présentant des faits irréfutables et inédits, le Président de l'Union Populaire Républicaine (UPR) démontrera que les vraies motivations du référendum du 7 avril en Alsace comme celles, plus généralement, de la politique dite des "Euro-régions", n'ont rien à voir avec de prétendues simplifications administratives ou des économies de gestion.

Ces projets ont un tout autre but.

Ils s'inscrivent sournoisement dans une politique de long terme, parfaitement préméditée, qui consiste à :

- marginaliser toutes les langues nationales autres que l'anglo-américain,
- fragmenter les espaces nationaux pour briser les solidarités héritées de l'histoire,
- affaiblir les États nations jusqu'à les démanteler.

Il s'agit en somme de détruire toutes les communautés politiques suffisamment puissantes pour s'opposer aux décisions de l'oligarchie financière euro-atlantiste qui dirige les institutions européennes et qui prétend diriger le monde.

Mais l'histoire n'est pas écrite : les Alsaciens ont justement rejeté de façon cinglante -- le 7 avril dernier -- ce projet destructeur de la République française

     Entretien avec Pierre Hillard par Agence Info Libre.

Répondre à la discussion

RSS

Activité la plus récente

tinsmar a répondu à la discussion Relocalisation de la production de nourriture, Pourquoi ? comment ? de tinsmar.
"L'exemple de Mouans Sartoux à 16min 21s qui a développé une régie municipale maraîchère pour nourrir en bio ses écoles."
hier
Vidéo publiée par tinsmar
Vendredi
Billet de tinsmar

Association pour une Démocratie Directe - Présentation

Association pour une Démocratie Directe agit afin que les citoyens puissent défendre leurs droits fondamentaux : faire vivre la démocratie et rendre accessible et clair le fonctionnement des institutions françaises par le moyen d’actions publiques, que celles-ci soient issues directement de ses adhérents ou qu’elles lui soient proposées.Les actions de l’association s’inscrivent dans le triptyque des droits d’informer, de s’exprimer, d’agir.Son action est politique et de portée nationale, sans…Plus
Mercredi
tinsmar a répondu à la discussion L'histoire rapportée de M Macron au pouvoir. de tinsmar.
"Contrat avec la nation : « Retrouver notre esprit de conquête pour bâtir une France nouvelle. » Objectif principal du programme : « Qu’à la fin du quinquennat, chacun maîtrise davantage…"
Mercredi

© 2017   Créé par tinsmar.   Sponsorisé par

Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation